Annabel Schwob : le sacrifice d’une femme amoureuse

Publié le : 04 février 20206 mins de lecture
Annabel Schwob ou Annabel Buffet, selon que l’on désigne l’écrivain, mannequin et chanteuse ou la muse et femme de l’artiste Bernard Buffet est encore aujourd’hui dépeinte comme l’inspiration du peintre français. Véritable souffle frais dans la vie de Bernard Buffet, elle lui a inspiré nombre de tableaux et une vie pleine d’amour. Celle qui a prit conscience à la mort de son mari du « sacrifice » qui a été réalisé dans l’optique de faire briller le peintre en mal d’inspiration, n’en reste pas moins un écrivain et une chanteuse à succès.

Annabel Schwob ou Annabel Buffet

Annabel Schwob est née à Paris en 1928 d’une riche famille juive et bourgeoise. Habituée des quartiers d’artistes, la jeune femme a passé sa jeunesse à Saint Germain des Près à flâner avec ses plus proches amis dont faisait partie Françoise Sagan, Boris Vian et Juliette Gréco. C’est en 1958, à l’âge de 30 ans que sa vie bascule lorsqu’elle rencontre le célèbre Bernard Buffet à Saint Tropez et qu’ils tombent éperdument amoureux. Pour la jeune femme, c’est un tout nouveau rôle qu’elle s’apprête à jouer, celui de muse. A l’époque, Bernard Buffet est au sommet de son art bien qu’en mal d’inspiration. Sa rupture brutale et douloureuse avec Pierre Bergé lui a laissé un gout amer et sa rencontre avec Annabel Schwob va marquer un tournant dans sa vie. À la suite de leur mariage qui survient quelques mois après leur rencontre, le peintre va se lancer dans une nouvelle série de tableaux en s’inspirant de sa femme pour réaliser ses nouveaux portraits, faisant ainsi d’elle, sa muse.

Ainsi, en 1961, soit à peine 3 ans après leur rencontre, Bernard Buffet réalise une série de portraits de sa femme, qu’il appellera Trente fois Annabel Schwob. La discrète Annabel Schwob, se retrouve ainsi au cœur de l’œuvre de l’artiste, représentée différemment 30 fois. Annabel Schwob a tout pour séduire le torturé et mélancolique Bernard Buffet : une silhouette longiligne, une enfance marquée par le suicide tragique de ses deux parents qui a fait d’elle une femme blessée et un goût prononcé pour l’art et les sorties. Elle-même artiste, un temps mannequin, parfois actrice, souvent chanteuse et bientôt écrivain, elle s’accorde parfaitement avec celui qui est encore aujourd’hui un des plus grands peintres de sa génération. L’exposition qu’il lui a accordée a immortalisé la beauté de cette muse, pour laquelle il vivait. Une façon pour lui de graver dans la toile son amour et sa passion, et de la faire vivre éternellement.

Rencontre avec Bernard Buffet

Annabel Buffet a commencé à écrire après sa rencontre avec Bernard Buffet. Sa carrière n’a pas eu le retentissement escompté et elle s’amuse à se qualifier d’écrivain moyen, ayant conscience qu’elle n’a jamais fait parti de ces grands écrivains que l’on cite aujourd’hui. Très grande amie de Françoise Sagan, l’enfant terrible de la littérature française qui a eu un succès précoce et fulgurant, Annabel Buffet est-elle, restée en retrait, préférant jouer la muse pour le peintre qui en avait terriblement besoin. Annabel Buffet a écrit plus d’une quinzaine d’ouvrages dont un, sur la vie de son mari Bernard Buffet qui s’intitule Bernard Buffet, secret d’atelier. Outre ces écrits, l’artiste est surtout connue pour ses chansons, qui se comptent par dizaines. Elle a chanté ses amies, l’amour, la solitude, la vie quotidienne et la peinture. Amie intime de Juliette Gréco, à laquelle on la compare plus d’une fois, Annabel Buffet collabore avec les plus grands : Jacques Brel, Henri Salvador ou encore Léo Ferré. Dans ses chansons, on retrouve des thèmes récurrents et communs à ceux de son époux Bernard Buffet. Elle y évoque les animaux mais aussi la mélancolie, la tristesse et la nostalgie. Annabel et Bernard Buffet avaient plus que l’amour pour les rassembler, ils étaient tous deux de ces artistes torturés, dont l’art permet de s’exprimer et de s’évader. Hélas, ni l’un ni l’autre n’a réussi à s’en contenter et Annabel Buffet est restée dans l’ombre de son mari. Elle restera à jamais la muse de Bernard Buffet.

Après le décès de Bernard Buffet, Annabel Schwob a continué brièvement sa carrière d’écrivain, en publiant deux ouvrages, intégralement dédiés à son défunt mari. Dans Post-Scriptum, elle lui raconte la difficulté qu’elle a à vivre sans lui, lui qui était toute sa vie et dans son dernier livre Bernard Buffet, secrets d’atelier, publié un an avant son décès, elle livre les secrets de l’artiste, levant le voile sur une vie qui fascine autant qu’elle interroge.